Retour accueil print mail tweet facebook
plus/moins Jean-Luc Mélenchon Jean-Luc Mélenchon|FG 1580
plus/moins Eva Joly Eva Joly|EELV 1690
plus/moins François Hollande François Hollande|PS 53411
plus/moins François Bayrou François Bayrou|MODEM 1170
plus/moins Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy|UMP 36302
plus/moins Marine Le Pen Marine Le Pen|FN 1373
print-cdt-melanchon Jean-luc Mélenchon|FG
print-cdt-joly ÉVA JOLY|EELV
print-cdt-hollande FRAN&ccdil;OIS HOLLANDE|PS
print-cdt-bayrou FRAN&ccdil;OIS BAYROU|MODEM
print-cdt-sarkozy NICOLAS SARKOZY|UMP
print-cdt-lepen MARINE LE PEN|FN
ic-env

FiscalitéFrançois HollandePS
Augmenter les cotisations pour les contrats courts

Augmentation d'impôt ou d'autres recettes + 611 M € retour

proposition

Instaurer une surcotisation pour les contrats courts (CDD, missions d'intérim, contrats d'usage, etc.). Son montant décroîtra avec la durée du contrat.
 « Mes 60 engagements pour la France », François Hollande, 26/01/2012
Haut de page

chiffrage

Le gain engendré par une surcotisation employeur au titre de l’assurance chômage sur les contrats précaires est estimé à 611 millions d’euros par an. D’après le rapport d’Henri Rouilleaut sur « l’emploi au sortir de la récession » de novembre 2010, une surcotisation de deux points à la charge des employeurs sur les seuls contrats précaires augmenterait les ressources totales de l’assurance chômage de 4 %. On peut donc faire l’hypothèse qu’une surcotisation d’un point sur ce même périmètre augmenterait les ressources totales de l’UNEDIC de 2%, soit 611 millions d’euros sur la base des comptes 2010. Voir le détail du chiffrage

retour

Détail du chiffrage

SOURCES

  • Rapport de Henri Rouilleault, « L’emploi au sortir de la récession », novembre 2010
  • Rapport financier de l’UNEDIC sur l’exercice 2010

COMMENTAIRE DU CHIFFRAGE

François Hollande propose une surcotisation employeur au titre de l’assurance chômage sur les contrats précaires (contrats à durée déterminée, recours à l’intérim).

En 2010, les cotisations d’assurance chômage s’élevaient à 6,4 % : 4 % étaient à la charge de l’employeur et 2,4 % à la charge du salarié. Ces cotisations ont généré 30 558 M€ de recettes pour l’UNEDIC en 2010.

D’après le rapport d’Henri Rouilleaut sur « l’emploi au sortir de la récession » de novembre 2010, une surcotisation de deux points à la charge des employeurs sur les seuls contrats précaires augmenterait les ressources totales de l’assurance chômage de 4 %. On peut donc faire l’hypothèse qu’une surcotisation d’un point sur ce même périmètre augmenterait les ressources totales de l’UNEDIC de 2 %, soit 611 M€ sur la bases des comptes 2010.

Cette évaluation pourrait être revue à la baisse : la surcotisation rendra le recours aux contrats précaires moins incitatifs, et pourrait donc diminuer le produit attendu de cette imposition supplémentaire.

Haut de page

10 commentaires

Haut de page

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE