Retour accueil print mail tweet facebook
plus/moins Jean-Luc Mélenchon Jean-Luc Mélenchon|FG 1580
plus/moins Eva Joly Eva Joly|EELV 1690
plus/moins François Hollande François Hollande|PS 53411
plus/moins François Bayrou François Bayrou|MODEM 1170
plus/moins Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy|UMP 36302
plus/moins Marine Le Pen Marine Le Pen|FN 1373
print-cdt-melanchon Jean-luc Mélenchon|FG
print-cdt-joly ÉVA JOLY|EELV
print-cdt-hollande FRAN&ccdil;OIS HOLLANDE|PS
print-cdt-bayrou FRAN&ccdil;OIS BAYROU|MODEM
print-cdt-sarkozy NICOLAS SARKOZY|UMP
print-cdt-lepen MARINE LE PEN|FN
ic-env

ÉducationNicolas SarkozyUMP
Créer des conseils de soutien

Dépense budgétaire - 200 M € retour

proposition

Créer des conseils de soutien pour les élèves les plus en difficulté, en grande section de maternelle, au CP et éventuellement au CE1. Dirigés par le directeur de l’école en lien avec la commune, ils pourront faire appel à des équipes pluridisciplinaires d’orthophonistes, d’assistantes sociales et de psychologues scolaires. Ils bénéficieront d’une enveloppe de crédit d’un montant maximal de 2000 € par enfant, sous la forme de chèques remédiation, qu'ils alloueront de manière autonome. 100 000 enfants en bénéficieront.
« Propositions de Nicolas Sarkozy pour une France forte », 05/04/2012
Nicolas Sarkozy, Meeting à Nantes, 27/03/2012
Haut de page

chiffrage

Le coût de la mise à disposition des directeurs d’école d’une enveloppe de crédit pour assurer le suivi des élèves les plus en difficulté est estimé à 200 millions d’euros par an. La dépense maximale par enfant serait de 2 000 € par an. 100 000 enfants (Grande section et CP) seraient concernés chaque année par cette mesure.

  Voir le détail du chiffrage

retour

Détail du chiffrage

SOURCES

  • Projet de loi de finances pour 2012

COMMENTAIRE DU CHIFFRAGE

Chaque directeur bénéficierait d’une enveloppe de crédits pour aider et suivre plus particulièrement avec les spécialistes nécessaires les enfants en difficulté en maternelle et en primaire.

Pour effectuer le chiffrage, nous avons retenu les hypothèses exposées ci-dessous.

S’agissant du nombre d’élèves concernés

Seraient ciblés, au total, 100 000 élèves en difficulté, chaque année, pour un dispositif qui couvrirait la Grande section et le CP.

S’agissant des moyens dédiés à ce dispositif

Le candidat a précisé que ce dispositif doit être considéré comme un plus. Toutefois, on a considéré que les conseils de soutiens seraient financés à partir de la « sédentarisation des RASED ». En revanche, le chèque remédiation qui servirait à financer l’accompagnement des élèves serait coûteux (recrutement d’orthophonistes, de pyschologues scolaires, d’assistantes sociales, cours de soutien, etc.). Chaque établissement doit disposer de 2000 € maximum par enfant détecté selon le programme de Nicolas Sarkozy. Nous avons retenu ce montant unitaire.

Au total, le coût de la mesure s’élèverait donc à 200 M€.

 

Haut de page

1 commentaire

Haut de page

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE