Retour accueil print mail tweet facebook
plus/moins Jean-Luc Mélenchon Jean-Luc Mélenchon|FG 1580
plus/moins Eva Joly Eva Joly|EELV 1690
plus/moins François Hollande François Hollande|PS 53411
plus/moins François Bayrou François Bayrou|MODEM 1170
plus/moins Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy|UMP 36302
plus/moins Marine Le Pen Marine Le Pen|FN 1373
print-cdt-melanchon Jean-luc Mélenchon|FG
print-cdt-joly ÉVA JOLY|EELV
print-cdt-hollande FRAN&ccdil;OIS HOLLANDE|PS
print-cdt-bayrou FRAN&ccdil;OIS BAYROU|MODEM
print-cdt-sarkozy NICOLAS SARKOZY|UMP
print-cdt-lepen MARINE LE PEN|FN
ic-env

ÉducationFrançois HollandePS
Offrir une solution aux jeunes déscolarisés

Dépense budgétaire - 158 M € retour

proposition

Offrir aux jeunes déscolarisés de 16 à 18 ans une solution de formation, d'apprentissage ou un service civique. "Mes 60 engagements pour la France", François Hollande, 26/01/2012  
Haut de page

chiffrage

Le coût de la mise à disposition de solutions à l’ensemble des jeunes déscolarisés est estimé à 158 millions d’euros par an. Il dépend très fortement du choix opéré entre les différentes options pouvant être mises en œuvre pour accomplir cet objectif (retour dans l'enseignement scolaire, suivi en mission locale, signature d'un contrat d'apprentissage, intégration dans le dispositif de service civique). Il est considéré que ces dispositifs seraient destinés à un effectif de 40 000 jeunes, de 16 à 18 ans. Voir le détail du chiffrage

retour

Détail du chiffrage

SOURCES

  • INSEE
  • Projet annuel de performance 2012 de la mission Emploi
  • Etat de l'éducation 2011

COMMENTAIRE DU CHIFFRAGE

La mise en place d'une offre de formation à destination des jeunes déscolarisés pourrait prendre plusieurs formes : retour dans l'enseignement scolaire, suivi en mission locale, signature d'un contrat d'apprentissage ou encore intégration dans le dispositif de service civique. Selon les choix opérés, cette proposition peut aboutir à des coûts très divers.

Le nombre jeunes âgés de 16 à 18 ans en situation de déscolarisation est estimé à 90 000, mais on peut considérer que la moitié d'entre eux sont déjà en emploi ou participent à des dispositifs publics, notamment au travers des missions locales. Une cible de 40 000 jeunes est donc retenue dans cette analyse.

La solution la moins coûteuse, qui est prise en compte dans l'hypothèse basse, serait d'adresser la totalité de ces jeunes aux missions locales et de les encourager à signer un CIVIS. Ce dispositif coûte jusqu’à 1 800 € par an et par bénéficiaire. Ce type d'encadrement est cependant plutôt destiné aux jeunes rencontrant de graves difficultés financières et sociales.

Le développement massif du service civique serait également une option, beaucoup plus coûteuse quant à elle, puisque cet engagement est rémunéré. Son coût pour l’Etat s’élève à 11 000 € par an et par personne. Là encore, ce dispositif ne s'adresse pas à tous les jeunes, puisqu'il s'agit tout autant d'une expérience professionnalisante que d'un engagement individuel en faveur de la collectivité. Cette solution est retenue dans l’hypothèse haute.

Le développement des contrats d'apprentissage, voire la réinsertion dans un parcours scolaire diplômant, sont également des options qui peuvent correspondre aux besoins des jeunes en situation de déscolarisation. L’estimation médiane correspond donc à un panachage de ces différentes solutions, appliquées à un ensemble constitué de 40 000 jeunes en situation de déscolarisation.

 

Haut de page

déchiffrage

Pour
  • François Hollande

  • François Hollande

  • François Hollande

Autre
  • Europe Ecologie - Les Verts

  • Martin Hirsh

    président du Conseil d'administration de l'Agence du service civique

        « Je voudrais qu’on développe davantage [le service civique] pour les « décrocheurs » entre 16 et 18 ans, ceux à qui il faut proposer autre chose que l’école pour leur donner un nouveau départ. Cela peut être une mission sur l’environnement dans une ville ou un portage de repas à des personnes âgées, par exemple. Je souhaite enfin mieux soutenir le service civique déjà ouvert aux jeunes handicapés, pour atteindre une vraie diversité. »     www.la-croix.com, 05-02-0011

  • Martin Hirsh

    président du Conseil d'administration de l'Agence du service civique

      « Nous ne créons pas le service civique par nostalgie. Nous le créons parce que nous croyons en l’avenir. Le service civique est un acte de confiance dans la capacité de notre jeunesse à servir l’intérêt général. [...] Le service civique est une réponse appropriée aux défis que nous traversons que personne ne pourra s’approprier, mais que chacun pourra faire sienne. Le service civique doit être le catalyseur de l’engagement. [...] Je tiens ici à réaffirmer la volonté du Gouvernement que le futur service civique constitue une opportunité pour tous les jeunes, quel que soit leur milieu d’origine ou leur niveau d’étude. »   Discours à l'Assemblée nationale, 11-03-2011

  • Nadine Morano

    ministre chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle

      « Il faut repenser l'ensemble du dispositif et procéder à une véritable révolution culturelle. L'apprentissage et les formations en alternance doivent devenir un objectif national partagé. [...] Toutes les formations devraient proposer une partie en alternance pour permettre d'atteindre un taux d'apprentis de 10 % en 2015, contre 7 % seulement aujourd'hui. » www.lefigaro.fr, 10-12-2010

  • Maryse Hedibel

    maître de conférences à l'IUFM du Nord-Pas-de-Calais, chercheur en sciences sociales au CESDIP/CNRS

      « La massification de l’enseignement secondaire rend d’autant plus visibles les arrêts de scolarité avant 16 ans. Les conséquences en sont aujourd’hui plus sérieuses qu’elles ne l’étaient en période de quasi plein-emploi, car le niveau de diplômes requis pour occuper un emploi est aujourd’hui plus élevé, et les perspectives socioprofessionnelles des élèves qui quittent le système scolaire sans diplôme et/ou avant l’âge de 16 ans se sont considérablement réduites. [...] Dans certaines familles, le lien entre l’école, la formation et l’emploi est plutôt  distant, car il n’existe pas d’exemple de travail salarié ou indépendant, dans le cercle familial proche ou dans le voisinage. [...] Un jeune qui arrête  sa scolarité, un peu avant ou un peu après 16 ans, a peu de chance de retrouver une intégration scolaire ou du travail. Bien sûr il y a beaucoup de dispositifs qui existent et qui font un travail  tout à fait intéressant, mais il y a aussi un certain nombre d’élèves qui passent au travers des mailles de ces dispositifs et qui se retrouvent sans solution. » Débat organisé par le Centre de Ressources Politique de la Ville, 30-01-2008

  • Jean Leonetti

      « Il existe déjà un service civique, qui n'est pas obligatoire. Il monte en puissance et c'est une réussite pour ceux qui y adhèrent. Nous proposons de le rendre obligatoire. Il serait rémunéré et se déroulerait sur deux mois, qui pourraient être scindés en périodes. Il concernerait des jeunes de 16 à 25 ans sur des actions de volontariat, soit dans l'associatif, soit dans les collectivités ou au niveau européen même. D'ici cinq ans, l'objectif serait qu'une génération entière ait effectué un tel service civique. Ce serait un premier contact avec le monde du travail et une formation sur les valeurs républicaines. » www.lejdd.fr, 25-10-2011

Haut de page

9 commentaires

Haut de page

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE